De nouvelles recherches ont mis les experts en colère face à « l’incapacité totale et complète de la réglementation » à garantir la sécurité des patients.

Trois ans après leur mise sur le marché et des milliards de doses plus tard, les vaccins à ARNm COVID-19 continuent de surprendre.

Une étude de référence, publiée en décembre dernier dans la revue Nature, a ravivé les inquiétudes quant à la sécurité des vaccins.

Cette étude, réalisée par des chercheurs britanniques hautement qualifiés, a révélé qu’en plus de la protéine Spike, le vaccin ARNm de Pfizer peut ordonner aux cellules de produire d’autres protéines « hors cible », qui sont étrangères pour le système immunitaire.

 

Comment ça se passe ?

Les chercheurs affirment que les ribosomes, qui sont responsables du décodage de l’ARNm dans les cellules, peuvent glisser et mal lire les instructions codées dans environ 8 % du temps – ce que l’on appelle le “changement de cadre ribosomique” (ribosomal frameshifting)

Ils disent que le « problème » est lié à la manière dont l’ARNm du vaccin a été génétiquement modifié.

Contrairement à l’ARNm naturel, l’ARNm qui existe dans les vaccins a vu sa base « uridine » remplacée par une « N1-méthyl pseudouridine » (pour la stabiliser) et, malheureusement, l’a rendu sujet à des erreurs de lecture.

 

Ces protéines « hors cible » sont-elles nocives ?

Lors d’un point de presse, les chercheurs de l’étude ont insisté sur le fait qu’il n’y avait aucun problème de sécurité et que leurs résultats n’indiquaient pas que les vaccins à ARNm étaient dangereux.

La BBC a qualifié ce problème de « petit glissement inoffensif » dans la traduction du gène de l’ARNm.

La revue Science a déclaré qu’il n’y avait « rien d’alarmant » dans l’étude et a interrogé des experts qui ont réitéré l’absence d’événements indésirables associés à ces protéines hors cibles.

Cependant, David Wiseman, un chercheur impliqué dans le développement de produits médicaux, n’est pas aussi convaincu. Lui et ses co-auteurs ont publié leurs commentaires dans Nature.

La journaliste d’investigation Maryanne Demasi, PhD a parlé avec le Dr Wiseman de ses préoccupations et de ce que cette recherche pourrait signifier pour la sécurité des patients.

Lire l’entrevue ici.

Remplissez notre formulaire

Remplissez le formulaire ci-joint pour recevoir notre infolettre. Nous diffusons certaines informations inédites que nous ne pouvons pas diffuser dans les réseaux sociaux en raison de la censure.

Vous serez ainsi informé de nos prochains articles et nos prochaines actions.

 

Politique de confidentialité

Vos informations personnelles ne seront EN AUCUN CAS diffusées sans votre consentement. Merci pour votre confiance !

Merci et à bientôt !